Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Premier match et premier but pour Goeffrey Bia, la recrue belge du FC Sion. Le transfuge du Standard n'est, selon lui, pas le plus blagueur de l'effectif.

Geoffrey Bia, premier match, premier but: des débuts réussis, non?

"Oui, un but, une victoire, ça fait plaisir de commencer comme cela."

Avez-vous déjà perçu quelques affinités particulières sur le terrain avec certains de vos coéquipiers, cette semaine à l'entraînement ou contre Lugano?

"Non, pas encore. C'était un peu difficile parce que, cette semaine, il y avait beaucoup d'absents avec les diverses convocations en équipe nationale. Je m'intégrerai au fil du temps. Cela va prendre du temps."

Marquer aide à l'intégration sans doute...

"Ca rend les choses plus faciles, c'est important, mais le chemin est encore long."

Justement, votre but sur une passe décisive de Moussa Konaté. Il y a quand même déjà des affinités, non?

"Moussa m'a dit: 'Vas-y, je vais gagner le duel.' Il me l'a dit avant même le dégagement du gardien! Bon, comme c'est un blagueur, je ne savais pas trop si je devais le croire. Je lui ai laissé le bénéfice du doute..."

Et alors, vos premières impressions? Le stade, le public. Le panorama est assez différent à celui que vous connaissiez en Belgique...

"Déjà, j'ai été étonné par le soleil! Je ne savais pas qu'il faisait aussi chaud en Suisse... Les supporters ont chanté du début à la fin, ils ne sont pas 30 000 mais on sent qu'ils sont bien présents. C'est cette ambiance qu'aiment les footballeurs."

ATS