Toute l'actu en bref

Président sortant du FC Bâle, Bernhard Heusler a, comme toujours, laissé éclater sa joie au moment de la consécration de son équipe, sa huitième consécutive et la vingtième au total.

"C'est une libération !", a-t-il assuré à l'issue de la victoire 2-1 du FC à Lucerne.

"Bien sûr, ce n'est pas une émotion aussi forte que si nous avions gagné une 'finalissima', on avait pu nous y préparer. Mais c'est une libération car nous avons maintenant atteint le plus gros objectif de notre saison", a poursuivi Heusler au micro de "Teleclub". Un titre national synonyme de pactole puisqu'il qualifie directement le FC Bâle pour la prochaine Ligue des champions. Un privilège dont la Suisse n'est pas prête de jouir à nouveau pendant de longues années.

"Je suis tellement reconnaissant envers l'entraîneur et son staff", conclut le président qui quittera la tête du club - et son capital - en juin et sera remplacé par l'entrepreneur Bernhard Burgener.

Autre homme en partance, le directeur sportif Georg Heitz a lui aussi tenu à rendre hommage à "un staff et des joueurs extrêmement professionnels" alors "qu'une certaine nervosité se ressentait plus nous approchions du dénouement". Et de glisser encore, comme une réponse aux critiques, que "quand on termine avec autant de points, c'est qu'on a plutôt bien travaillé".

ATS

 Toute l'actu en bref