Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Un but de Mario Gomez à la 90e minute offre le droit de rêver à toute la Bavière. Victorieux 2-1 du Real Madrid en match aller de la Ligue des Champions, le Bayern peut croire en son étoile.
Mercredi prochain dans son antre de Bernabeu, le Real devra sortir le match parfait pour retourner la situation et se qualifier pour la finale du 19 mai à... Munich. Ce but de Gomez à la conclusion d'un magnifique travail de son capitaine Lahm risque de peser très lourd dans la balance. Il procure aux Bavarois un ascendant psychologique indéniable.
Après avoir su répondre par Özil à l'ouverture du score de Ribéry, le Real est, en effet, retombé dans ses vieux travers. Au lieu de continuer à jouer pour gagner enfin à Munich, les joueurs de Jose Mourinho ont privilégié le défi physique. Ils ont eu la chance de terminer la rencontre à onze, la faute de Marcelo sur Müller dans le temps additionnel aurait dû être sanctionnée d'un carton rouge.
Après un début de match à l'avantage du Real avec notamment cette frappe de Benzema déviée par Neuer (7e), Franck Ribéry a sonné la révolte. Au quart d'heure, le Français cherchait de manière trop ostentatoire un penalty devant Sergio Ramos qui lui était logiquement refusé.
L'échauffourée qui suivit entre Ribéry et les défenseurs madrilènes réveillait non seulement le public mais aussi les Bavarois. A la 17e, Ribéry exploitait une approximation de Ramos sur un corner pour ne laisser aucune chance à Casillas.
On n'ignore la teneur du discours de Jose Mourinho à la pause. Un discours qui a dû porter. Au retour des vestiaires, les Madrilènes retrouvaient, en effet, toute leur superbe pour égaliser sur une rupture conduite par un Benzema étincelant. Le Français offrait un premier caviar pour Ronaldo qui butait sur Neuer. Mais sur le renvoi, Benzema retrouvait une seconde fois le Portugais qui, cette fois, délivrait une véritable offrande pour Özil.
A 1-1, le Real estimait avoir atteint son objectif. Les Madrilènes tiraient bien vite le rideau pour tenir ce résultat qui les plaçait, il est vrai, dans une position favorable. Mais face à des Bavarois qui ont terminé la rencontre en attaquant sans relâche et qui comptent en la personne de Gomez un buteur hors du commun, cet attentisme leur a joué un mauvais tour.

ATS