Toute l'actu en bref

Le dénouement de la faillite pour Hanjin était attendu (archives).

KEYSTONE/AP/REED SAXON

(sda-ats)

Le rideau est tombé vendredi sur Hanjin Shipping. Un tribunal de Séoul a prononcé la faillite d'un groupe qui fut le premier armateur sud-coréen et le septième mondial, mais qui ployait sous une dette de plusieurs milliards de dollars.

Hanjin Shipping avait demandé en août son placement en redressement judiciaire, après le refus de ses créanciers de l'aider à affronter une dette colossale estimée à 5,37 milliards de dollars (même montant de francs).

Le dépôt de bilan avait fait l'effet d'une bombe dans le monde du transport maritime. Du jour au lendemain, l'essentiel de la flotte de Hanjin - 141 bateaux - s'était retrouvée immobilisée dans les ports du globe du fait de craintes d'impayés.

Vente d'actifs

Depuis, le groupe a dû vendre la plupart de ses actifs en Corée du Sud et à l'étranger et a licencié l'essentiel de ses 1500 employés. "Nous allons tenter de faire en sorte que le processus de faillite permette à l'entreprise de rembourser ses dettes à ses créanciers de manière juste et appropriée", a déclaré le tribunal de commerce dans un communiqué.

La faillite du septième armateur mondial est la plus importante de l'histoire du transport maritime. Ce secteur traverse sa pire crise depuis 60 ans du fait du ralentissement économique mondial et des surcapacités. Hanjin a été victime de la crise du commerce mondial, de la baisse de la demande chinoise et de la mauvaise gestion de sa direction.

ATS

 Toute l'actu en bref