Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Susanne Ruoff sera la nouvelle directrice de La Poste. Le conseil d'administration du géant jaune a nommé cette économiste de 53 ans pour succéder à Jürg Bucher dès septembre, a indiqué son président Peter Hasler mardi devant les médias à Berne.

Actuelle CEO de British Telecom (BT) Switzerland, Mme Ruoff sera le troisième directeur de La Poste depuis le départ d'Ulrich Gygi il y a trois ans. Son prédécesseur aura 65 ans, l'âge de la retraite, en août 2012, a expliqué le président du géant jaune.

La nouvelle directrice n'est pas du sérail. Mais avec ce choix, le conseil d'administration mise sur une manager bien ancrée en Suisse, qui a occupé lors des vingt dernières années des postes dirigeants dans les entreprises internationales IBM et BT. Elle possède une vaste connaissance du monde électronique.

Avenir digital

La Poste entend poursuivre de manière ciblée sa stratégie visant à relier ses activités physiques et électroniques. "Je me réjouis de contribuer à l'avenir digital de La Poste", a déclaré la future directrice.

Bientôt à la tête d'une entreprise dont la Confédération est l'unique actionnaire, Susanne Ruoff a reconnu ne pas s'être investie activement en politique jusqu'ici et ne pas avoir entretenu de réseau. Elle compte rattraper rapidement son retard.

Syndicat satisfait

Au cours de ses différentes activités dans des multinationales, Susanne Ruoff a côtoyé différentes cultures et mentalités, un facteur qui a joué un rôle important dans sa désignation. Domiciliée à Crans-Montana (VS), Mme Ruoff, mariée et mère de deux enfants, a notamment étudié à St-Gall, Fribourg et Fontainebleau, près de Paris.

Susanne Ruoff sera la première femme à diriger La Poste. Une nouvelle qui réjouit le Syndicat des médias et de la communication syndicom, qui voit dans la décision du conseil d'administration du géant jaune "plus qu'un symbole alors que les inégalités salariales entre hommes et femmes demeurent trop importantes dans notre pays".

ATS