Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les bons résultats de Swatch Group sur l'exercice 2011 reflètent la stratégie établie sur le long terme, estime Nayla Hayek, présidente du conseil d'administration du numéro un mondial de l'horlogerie. L'entreprise biennoise table cette année sur des ventes de plus de 8 milliards de francs.

Cette stratégie est durable, authentique et basée sur une économie réelle et des produits réels. "C'est une stratégie industrielle basée sur le produit", a affirmé Mme Hayek mercredi lors de l'assemblée générale du groupe à Bienne. Dans ce contexte, le développement de l'outil de production, le maintien du savoir-faire, l'innovation et la création d'emplois jouent un rôle important.

L'an passé, Swatch a créé plus de 2800 emplois, l'effectif du numéro un mondial de l'horlogerie dépassant les 28'000 collaborateurs. L'objectif reste de maintenir et de développer encore la base industrielle actuelle. Si la Suisse demeure importante à ce titre, la présence du groupe dans le monde entier est aussi déterminante.

Bénéfice record

Malgré la force du franc, Swatch a réussi à dégager un bénéfice record en 2011 de 1,276 milliard de francs, soit un bond de 18,1% par rapport à l'exercice précédent. La réussite s'explique par des gains de parts de marché ainsi qu'un strict contrôle des coûts. Swatch a renoncé d'abord à relever ses prix. L'entreprise est bien positionnée pour l'avenir, a conclu Mme Hayek.

Evoquant l'exercice en cours, le patron, Nick Hayek, a pour sa part indiqué que Swatch Group vise un chiffre d'affaires supérieur à 8 milliards de francs. "Nous ferons tout pour dépasser cette marque", a-t-il laissé entendre en marge de l'assemblée générale. Pour rappel, le groupe a franchi l'an dernier pour la première fois la barre des 7 milliards de francs de chiffre d'affaires brut, à 7,14 milliard, en hausse de 10,9%.

ATS