Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ski nordique - Dans le sillage de Dario Cologna et Simon Ammann, l'équipe de Suisse de ski nordique nourrit des ambitions élevées à l'aube de la saison 2011-2012.
Un gros effort est consenti au niveau du matériel et de l'encadrement technique pour ne pas revivre une désillusion comme celle des Mondiaux d'Oslo.
"Nous avons énormément à faire pour suivre les autres nations qui investissent beaucoup dans le domaine du matériel", a expliqué à Einsiedeln Hippolyt Kempf, chef du fond et du combiné nordique à Swiss-Ski. La Fédération fera l'acquisition d'une machine spéciale pour façonner la structure de la semelle des skis, un engin d'une tonne qui dessine le bon profil en fonction des conditions d'enneigement. Un serviceman supplémentaire sera en outre engagé pour le fond, et un camion pouvant charger jusqu'à 15 tonnes de matériel suivra au besoin les skieurs suisses en déplacement.
"C'est toute la structure logistique qui doit être renforcée", a justifié Kempf. A Oslo, des pays comme la Norvège ou la Suède disposaient de dizaines de personnes en appui, pour tester et contrôler les skis, en plus de celles directement sur le terrain. En comparaison, les préposés suisses au matériel ont paru livrés à eux-mêmes. Ces déficits ont été l'une des explications officielles à la déroute des fondeurs (zéro médaille).
"Ces prochaines saisons, nous voulons des médailles, à commencer par les Mondiaux 2013 à Val di Fiemme et les JO de Sotchi", a clamé Kempf. "Nos attentes sont élevées, mais il nous faudra élargir notre marge de manoeuvre en intégrant davantage de jeunes sur le circuit." En relais, il s'agit de trouver enfin une solution de remplacement en cas de défaillance d'un des quatre ténors (Cologna, Toni Livers, Remo Fischer et Curdin Perl).
Pour l'instant, "tous les voyants sont au vert" pour les fondeurs. Cologna est annoncé en excellente forme, affichant des tests d'entraînement mirobolants. Principale incertitude, l'ouverture de la Coupe du monde, prévue le 19 novembre à Beitostolen en Norvège, pourrait être reportée faute de neige.
En saut, l'équipe de Coupe du monde se résume à Simon Ammann. Le quadruple champion olympique a chamboulé sa préparation en zappant le circuit estival sur synthétique pour travailler sa condition physique et privilégier, dès ce mois, les sauts sur la neige si la météo le permet.
Il a pris un kilo et demi de muscles afin de répondre aux nouvelles exigences de la FIS en matière d'indice de masse corporelle (IMC) minimum, porté de 20,5 à 21. Cette prise de muscles lui permettra d'éviter la sanction imposant des skis plus courts en cas d'IMC insuffisant.

ATS