Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Swisscom se trouve à nouveau mis en difficulté avec ses affaires à l'étranger. Conséquence de perspectives moroses en Italie, le géant bleu doit passer un correctif de valeur sur sa filiale transalpine Fastweb. Le bénéfice net 2011 chutera de 1,2 milliard de francs.

L'an passé, le numéro un suisse des télécommunications avait dégagé un résultat net de 1,8 milliard de francs, a rappelé mercredi l'opérateur. Cette année, il se réduira à quelque centaines de millions.

A la lumière de la crise de la dette, d'une conjoncture économique difficile et de perspectives conjoncturelles moroses, Fastweb sera confronté à une baisse de son chiffre d'affaires, a précisé Carsten Schloter, le patron de Swisscom.

Vive concurrence

Le fournisseur transalpin d'accès à Internet à haut débit, qui souffre aussi des retards de paiements de ses clients, doit aussi affronter une vive concurrence sur un marché arrivant à saturation.

Désormais, Swisscom n'escompte plus qu'une croissance annuelle moyenne du chiffre d'affaires de Fastweb de 2,5%, contre 5,1% auparavant. Dans cette situation, l'opérateur italien va devoir économiser 120 millions d'euros, avec des suppressions d'emplois à la clef.

Correctif de valeur

Pour s'emparer en 2007 de Fastweb, Swisscom avait déboursé pas moins de 4,6 milliards d'euros, soit 7,6 milliards de francs de l'époque. En tenant compte des amortissements ordinaires, soit 400 millions d'euros, la valeur comptable nette de la société italienne se monte à 2,9 milliards d'euros.

Depuis son rachat par Swisscom en 2007, Fastweb a ainsi perdu 35% de sa valeur. Le correctif de valeur se monte dans son ensemble à 1,7 milliard d'euros.

Si Fastweb a contribué à la croissance du chiffre d'affaires de Swisscom, la filiale italienne est aussi à l'origine de difficultés pour le géant bleu. L'an passé, ce dernier a dû passer une provision de 102 millions de francs dans le cadre d'une procédure engagée contre la filiale transalpine pour fraude fiscale et blanchiment d'argent.

ATS