Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le directeur général de Swisscom Urs Schaeppi veut accroître l'ampleur de la réduction des coûts.

KEYSTONE/WALTER BIERI

(sda-ats)

Swisscom a connu un exercice 2017 "stable et solide". L'opérateur de télécoms donne un coup d'accélérateur à son plan de réduction des coûts, en le relevant de 60 à 100 millions de francs par an d'ici à 2020. Quelque 700 postes passeront à la trappe en 2018.

Le géant bleu reste fidèle à sa réputation de présenter des exercices sans surprise. "Nous avons réalisé une année 2017 stable et solide", s'est réjoui mercredi à Zurich le directeur général Urs Schaeppi. Les priorités sont désormais constituées par les changements structurels dans la branche et la numérisation.

L'opérateur historique, numéro un du secteur en Suisse et contrôlé majoritairement par la Confédération (51%), dit sentir une "concurrence toujours plus vive des entreprises mondiales basées sur internet", a expliqué Urs Schaeppi. Ces dernières agissent avec une structure de coûts très compétitive et péjorent l'activité principale.

700 postes à la trappe

Il y a un an tout juste, lors de la publication des comptes 2016, Swisscom avait annoncé son intention de réduire sa base de coûts annuelle d’environ 60 millions de francs d’ici à 2020. Le programme va s'accélérer (+70%), afin de parvenir à générer finalement des économies de l'ordre de 300 millions en trois ans.

Le groupe veut économiser en simplifiant des processus de travail et en diminuant les offres d'emploi dans les secteurs en recul. Des emplois seront créés en revanche dans les domaines de croissance comme le nuage (cloud) ou la sécurité. En 2017, 1007 engagements sont intervenus par exemple pour 1838 départs par fluctuation.

D’ici à fin 2018, l'opérateur ambitionne de proposer encore 17'000 emplois à plein temps environ, soit 700 postes de moins qu'à fin 2017. Le processus est engagé depuis plusieurs années et fait partie d'une routine pour Swisscom, un groupe qui a subi une profonde mutation en l'espace de dix ans, a souligné Urs Schaeppi.

Comme déjà annoncé, la diminution comprend la suppression d’une centaine de postes chez Billag, la société fribourgeoise qui collecte la redevance radio-tv. Cette dernière est appelée à disparaître ou à se réinventer, dans la mesure où sa tâche doit revenir à l'entreprise zurichoise Serafe dès 2019.

Bénéfice net en baisse

En ce qui concerne les comptes 2017, Swisscom a dégagé un bénéfice net en contraction de 2,2% sur un an à 1,57 milliard de francs. Le chiffre d'affaires de l'opérateur semi-public a augmenté de 0,2% à 11,66 milliards. L'excédent brut d'exploitation (EBITDA) a stagné pour sa part à 4,3 milliards.

"Malgré une vive concurrence, nous sommes parvenus à nous affirmer sur le marché et avons atteint les objectifs fixés", a noté Urs Schaeppi. "Les investissements dans les réseaux portent leurs fruits, la concurrence fonctionne". Au total, ils ont atteint 2,38 milliards de francs en 2017, dont 1,65 milliard en Suisse uniquement.

La filiale italienne Fastweb a connu un exercice 2017 réjouissant. Son chiffre d'affaires a crû de 8,3% à 1,94 milliard d'euros (2,23 milliards de francs au cours actuel) et son EBITDA de 14,8% à 759 millions.

"En 2018, la pression sur le marché se renforcera", a prédit Urs Schaeppi. Mais les principaux chiffres sont attendus peu ou prou stables, une fois de plus.

Syndicom fâché

La volonté de l'opérateur de télécommunications d'accélérer la cadence des mesures de réduction des coûts n'est pas du goût des syndicats. Syndicom appelle la Confédération à sortir de sa réserve habituelle, en sa qualité d'actionnaire majoritaire.

Réagissant dans la foulée de la publication des comptes 2017, syndicom déplore la forte pression aux économies et les nouvelles suppressions d’emplois, "même si elles doivent être atténuées par le biais de la participation et du plan social".

Syndicom exige de la Confédération qu’elle réduise ses "attentes de rendement ambitieuses", en faveur d'un développement durable. Selon le syndicat, il est inacceptable que les exigences annuelles d’économies aient été relevées de 60 à 100 millions de francs.

A la Bourse suisse, l'action Swisscom a bien réagi en s'appréciant de plus de 2% à la mi-journée. Le géant bleu maintient son dividende au titre de l'exercice écoulé à 22 francs par action, soit 1,14 milliard.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS