Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Swisscom a affiché au 1er trimestre 2012 des résultats en légère baisse, mais supérieurs aux attentes. L'opérateur a vu son bénéfice net diminuer de 3,8% par rapport à la même période de l'an dernier à 456 millions de francs.

Le chiffre d'affaires net a lui reculé de 2,1% à 2,8 milliards de francs, a indiqué l'entreprise mercredi dans un communiqué. Au niveau opérationnel, le résultat avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (EBITDA) s'inscrit à 1,1 milliard, soit une baisse de 2%.

Le patron du groupe Carsten Schloter a jugé la performance très satisfaisante. "En neutralisant les effets de change, le résultat opérationnel (EBITDA) avance de 0,9% même si nous perdons légèrement en chiffre d'affaires", a-t-il commenté dans une interview en ligne sur le site de Swisscom.

Les affaires de la société italienne Fastweb, source de problèmes, ont "très bien évolué", relève Carsten Schloter. Le géant bleu avait été contraint l'an dernier de procéder à une correction de la valeur de sa filiale qui avait grevé le bénéfice net de Swisscom de 1,2 milliard de francs.

Succès des offres combinées

Le chiffre d'affaires de Fastweb a diminué de 2,8% à 423 millions d'euros en raison du tassement du chiffre d'affaires résultant des prestations d'interconnexion (hubbing). Sans ce domaine d'activité, à faible marge, le chiffre d'affaires est resté stable.

Le nombre de clients de Fastweb a pour sa part augmenté de 3,7% à 1,65 million. Le résultat d'exploitation (EBITDA) a progressé de 1,9% à 109 millions d'euros malgré la hausse des coûts d'acquisition de clients. La pression sur les prix dans la Péninsule reste forte.

Swisscom est parvenu à accroître sa clientèle au 1er trimestre. Les offres combinées en particulier rencontrent un vif succès. A fin mars, 659'000 clients avaient opté pour les offres combinées, soit un bond de 42% sur un an.

Les clients ont tendance à préférer les applications globales aux services traditionnels tels que la téléphonie et les SMS, et ils communiquent toujours plus par le biais des plateformes des médias sociaux, observe le géant bleu.

ATS