Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Swissmetal, toujours au bénéfice d'un sursis concordataire, est peut-être en passe de sortir de l'ornière dans laquelle il évolue depuis plus d'un an. Le groupe métallurgique soleurois suscite l'intérêt de plusieurs repreneurs, dont le groupe chinois Baoshida.

Depuis l'été 2011, de nombreuses discussions ont été conduites avec plusieurs investisseurs potentiels. En août passé, le nom du groupe français Le Bronze Industriel avait circulé avec insistance pour une reprise des sites de Dornach (SO) et Reconvilier, dans le Jura bernois.

La piste n'a toutefois rien donné. Désormais, un autre nom de repreneur paraît tenir la corde, celui du chinois Baoshida. Ce groupe, fondé en 2002, est actif dans les prises de participation industrielles. Son siège est installé à Jinan, ville de 2 millions d'habitants, capitale de la province du Shandong.

Discussions "en bonne voie"

"Les discussions sont en bonne voie", écrit Swissmetal. Avant de préciser que pour l'heure aucun résultat concret n'est sorti des pourparlers.

Swissmetal a beaucoup fait parler de lui depuis 2005. Cette année-là, le groupe avait connu un long mouvement de grève sur son site de la Boillat à Reconvilier, sur fond de contestation de la stratégie engagée par le directeur général d'alors, Martin Hellweg.

Déboires

Depuis, les difficultés n'ont jamais cessé. Après de nouveaux déboires en 2010, Swissmetal a plongé dans les chiffres rouges. Le site de Dornach a subi une vague de licenciements touchant quelque 180 emplois en août dernier et tourne au ralenti. Le site de Reconvilier a pour sa part moins souffert.

Swissmetal est actif dans un domaine pointu. Le groupe fabrique des produits spéciaux en cuivre et alliages de cuivre pour l'électronique, les télécommunications, l'automobile, l'aérospatiale et les industries pétrolières. Il a longtemps été considéré comme un fleuron.

ATS