Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le groupe Swissprinters va cesser son activité d'impression aux Imprimeries Réunies Lausanne (IRL) à Renens (VD) et la concentrer à Zofingue (AG). Des solutions de rechange et des partenariats avec d'autres sociétés sont recherchés dans la région. Quelque 120 employés sont concernés.

"Tout est ouvert" vis-à-vis du personnel. Les consultations vont commencer et durer quatre à cinq semaines, a précisé Bruno Hörler, membre de la direction de Swissprinters. Directeur du site de Renens, Nicolas Sauvant rejette le terme de "fermeture" du lieu.

Le transfert des activités d'impression à un partenaire est examiné avec les repreneurs intéressés. Une imprimerie leader de la région de Lausanne s'est déjà portée candidate à la reprise des activités "offset" feuille et d'une partie des salariés, a noté Swissprinters.

Des licenciements

Il est trop pour dire combien d'employés pourront être recasés. "De toute manière, il y aura des licenciements", admet Nicolas Sauvant. Malgré tous les efforts consentis, les chiffres noirs n'ont pas pu être atteints, même si les pertes annuelles ont été réduites. La baisse du volume publicitaire et le franc fort expliquent notamment les difficultés.

Détenu par Ringier (58,8%), NZZ (25,2%) et Tamedia Publications romandes (16%), Swissprinters a déjà restructuré son activité l'an dernier. Le groupe avait fermé ses sites de production zurichois et st-gallois au profit de Zofingue. Plus de 200 emplois étaient passés à la trappe.

Plan d'aide rejeté

Le Département vaudois de l'économie, appuyé par la commune de Renens, souhaite rencontrer le conseil d'administration. "J'ai demandé un entretien" qui puisse se tenir "rapidement", a indiqué Philippe Leuba.

Le conseiller d'Etat déplore que le plan mis au point pour venir en aide aux IRL n'ait pas été validé par le groupe. Il s'agissait d'une reprise de certaines activités par des cadres de la société.

Le syndicat des médias et de la communication, syndicom, exige lui de pouvoir accompagner pleinement le personnel. Il menace de recourir à l'Office de conciliation si ses revendications ne sont pas satisfaites.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS