Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Genevoise Sylvie Fleury Sylvie a participé à de nombreuses expositions, dont certaines lui étaient entièrement consacrées.

OFC / Annik Wetter

(sda-ats)

Les artistes Sylvie Fleury et Thomas Hirschhorn ainsi que l'architecte Luigi Snozzi sont les lauréats du Grand Prix suisse d'art/Prix Meret Oppenheim 2018. Ils recevront leur distinction le 11 juin à Bâle.

Ces prix, remis pour la 18e fois, sont dotés de 40'000 francs chacun, précise mardi l'Office fédéral de la culture (OFC) dans un communiqué. Sur recommandation de la Commission fédérale d'art, ce dernier récompense des artistes "dont le travail est d'une actualité et d'une importance particulière pour la pratique des arts et de l'architecture en Suisse".

La Genevoise Sylvie Fleury, née à Genève en 1961, doit sa notoriété à ses mises en scène qui traitent de glamour, de mode et de produits de luxe, écrit l'OFC. Comme l’avait fait Duchamp avec ses "readymades" et Andy Warhol avec le pop art, elle insiste sur la part faite aux marques et aux labels, apportant ainsi un commentaire subtil au commerce et au monde mercantile.

Les travaux de Thomas Hirschhorn, né à Berne en 1957 et vivant à Paris, sont des installations consacrées à des sujets sociétaux. Il utilise des matériaux banals comme du ruban adhésif, du carton et des feuilles d’aluminium pour réaliser ses collages monumentaux qu’il destine à un large public.

Enfin, Luigi Snozzi, né en 1932 à Mendrisio et établi à Locarno, est architecte et professeur émérite d’architecture. Le recours au béton apparent et ses interventions sur l’urbanisme ont fait de lui un des leaders et le théoricien de l’école tessinoise.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS