Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le syndicat Syna s'insurge contre le fait que la privatisation d'hôpitaux ou d'EMS est souvent synonyme de péjoration des conditions de travail (image prétexte).

KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS

(sda-ats)

Les syndicats Travail.Suisse, transfair et Syna ont plaidé mardi en faveur d'un service public fort. Ils revendiquent en particulier une grande retenue dans les privatisations et, le cas échéant, seulement avec une convention collective de travail.

Le service public joue un rôle essentiel dans une économie prospère, dans la préservation de la cohésion sociale et dans le développement de la qualité de vie pour tous, ont souligné les syndicats. Ces derniers rappellent combien il est important pour les régions périphériques, pour l'entretien d'infrastructures, mais aussi dans le secteur de la santé et pour l'égalité des chances.

Les syndicats estiment qu'il faut le renforcer et l'adapter au monde moderne. Ils demandent de ne pas prendre de risques de privatisations dès lors que les prestations en souffriraient. De même, les privatisations ne devraient être envisagées qu'avec des conventions collectives de travail pour ne pas péjorer les conditions de travail.

Il faut aussi améliorer la conciliation entre vie professionnelle et familiale avec des offres publiques pour l'accueil des enfants ou pour décharger les proches aidants, estiment les trois syndicats. Enfin, Travail.Suisse et transfair souhaitent le maintien et le développement du service audiovisuel public et prônent le non à l'initiative "No Billag".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS