Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les autorités syriennes ont libéré plus de 550 personnes arrêtées lors de la répression de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad, a annoncé samedi l'agence officielle Sana. Selon des ONG syriennes, plusieurs milliers de personnes sont encore en détention.

"A l'occasion de la fête Al-Adha, 553 personnes arrêtées lors des évènements et qui n'ont pas de sang sur les mains ont été libérées", a précisé Sana. Le plan arabe accepté par Damas pour une sortie de crise en Syrie prévoit la libération des personnes arrêtées lors de la répression.

L'agence a fait état en outre de "la libération récemment de 119 autres détenus", sans fournir de détails notamment si leur arrestation est liée à la contestation.

Amnistie

Vendredi, les autorités ont promis une amnistie aux détenteurs d'armes, qui se rendraient à la police avec leurs armes entre le 5 et le 12 novembre. "Ces personnes seront immédiatement libérées et elles bénéficieront d'une amnistie (...) si elles n'ont pas commis d'assassinats", ont-elles précisé.

Depuis la mi-mars, le régime du président Bachar al-Assad est secoué par une révolte populaire sans précédent dont la répression a fait 3000 morts, selon l'ONU.

La répression ne faiblit pas

Mercredi, le régime a accepté "sans réserves" un plan de la Ligue arabe qui prévoit un arrêt total des violences, la libération des personnes arrêtées dans le cadre de la répression, le départ de l'armée des villes et la libre circulation des observateurs et médias internationaux, avant l'ouverture d'un dialogue entre le régime et l'opposition.

Mais la répression n'a pas faibli depuis, sept personnes auraient été tuées samedi à travers le pays, selon un opposant basé à Londres.

ATS