Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président syrien Bachar al-Assad a rejeté mercredi l'idée d'une zone tampon en Syrie pour protéger les réfugiés et s'est montré intraitable dans sa volonté de vaincre la rébellion. Il a également clairement déclaré qu'il n'était pas prêt à céder le pouvoir.

"Je peux résumer (la situation) en une phrase: nous progressons, la situation sur le terrain est meilleure mais nous n'avons pas encore gagné, cela nécessite encore du temps", a dit M. Assad à la chaîne privée pro-régime Ad-Dounia. Il a reconnu que son régime avait commis de "nombreuses erreurs", estimant toutefois que malgré cela, il existait "un lien solide" entre le pouvoir et le peuple.

A la veille d'une réunion ministérielle du Conseil de sécurité de l'ONU jeudi à New York sur l'aide humanitaire aux réfugiés syriens, il a jugé "irréaliste" le projet d'une zone tampon en Syrie évoqué par l'Occident et la Turquie. Le régime Assad compte, comme depuis le début du conflit en mars 2011, sur l'appui des alliés russe et chinois pour bloquer toute résolution lui étant défavorable.

Appels de la Turquie

Débordée par l'exode des Syriens, la Turquie a multiplié les appels à la création de zones tampons près de sa frontière, disant espérer que le Conseil de sécurité "agirait" pour héberger les réfugiés "dans des camps" en Syrie. Plus de 80'000 personnes ont déjà trouvé refuge en Turquie.

Ankara redoute de voir se reproduire une situation similaire à celle de la première guerre du Golfe lorsqu'un demi-million de Kurdes irakiens avaient fui leur pays en 1991 pour s'installer sur son territoire.

Combats en Syrie

Sur le terrain, les violences se poursuivent notamment dans Damas et sa banlieue est, à Alep (nord) et à Idleb (nord-ouest), où les insurgés opposent une forte résistance à l'armée, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Au moins 52 personnes, dont 32 civils, 15 soldats et 5 rebelles, ont péri dans les violences à travers le pays, selon un bilan provisoire de l'OSDH. La veille, 189 personnes ont péri, dont 143 civils.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS