Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au moins six personnes ont été tuées dans de violents bombardements qui ont visé mardi la ville de Homs. Ce bastion rebelle dans le centre du pays est pilonné depuis une dizaine de jours par les forces du régime de Bachar al-Assad.

Six personnes ont été tuées dans les bombardements continus sur le quartier de Baba Amr, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). "Le bombardement de Baba Amr qui a commencé à l'aube est le plus violent depuis cinq jours. En moyenne, deux roquettes tombent chaque minute", a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, chef de l'OSDH, citant des militants sur place.

Selon l'ONU, plus de 300 personnes ont péri depuis le 4 février dans une "attaque sans discernement contre des zones civiles" à Homs, une offensive du régime qui vise à étouffer la contestation dans la troisième ville de Syrie surnommée "capitale de la révolution".

L'ONU dénonce des crimes contre l'humanité

La Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Navi Pillay a déclaré lundi que "la nature et l'étendue des exactions perpétrées par les forces syriennes indiquent que des crimes contre l'humanité ont vraisemblablement été commis" depuis mars 2011.

Déjà profondément divisée sur la crise syrienne, la communauté internationale semble l'être encore plus sur la proposition d'une force de paix avancée par la Ligue arabe: Paris a mis en garde contre toute action "à caractère militaire", Moscou a exigé un cessez-le-feu et Washington a souligné qu'en l'absence de paix, une telle initiative était compliquée.

Burhan Ghalioun, chef du Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, a déclaré sur Al-Jazira voir dans ces décisions "les premiers pas" vers la chute du régime.

Lors d'un entretien téléphonique lundi, le président américain Barack Obama et le Premier ministre britannique David Cameron ont renouvelé leur condamnation de la violente répression menée par le régime syrien à l'encontre de son propre peuple.

ATS