Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suisse va fermer son ambassade en Syrie, a déclaré mercredi Didier Burkhalter. Les forces du régime ont mené pour la première fois une opération d'envergure près du centre de Damas, alors que Bachar al-Assad a annoncé la tenue d'un référendum le 26 février sur un projet de nouvelle Constitution.

L'ambassade sera fermée "dans les prochains jours", a annoncé le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) sur les ondes de la Radio Suisse Romande (RSR). Didier Burkhalter a précisé que la Suisse avait conseillé à tous ses ressortissants de quitter la Syrie "au plus vite".

"Nous avions retiré notre ambassadeur très vite" après le début de la répression, "mais nous avions maintenu notre ambassade pour être à disposition des quelque 150 à 180 Suisses qui habitent là-bas, des doubles nationaux pour la plupart", a ajouté le chef de la diplomatie suisse. Le diplomate avait été rappelé en août à Berne pour consultations et n'est jamais retourné à Damas.

Opération militaire à Damas

Cette décision intervient alors que, pour la première fois depuis le début du conflit, une opération militaire a eu lieu mercredi près du centre de Damas. Des troupes d'élite appuyées par des véhicules blindés ont dressé des barrages dans les rues principales du quartier résidentiel de Barzeh, où elles ont effectué des perquisitions et procédé à des arrestations, selon des témoins.

Les soldats ont tiré en l'air pour disperser les habitants de ce quartier sunnite, qui a été l'un des plus actifs de la capitale depuis le début du soulèvement contre le régime il y a onze mois. Selon ces habitants, les militaires recherchaient des activistes et des membres de l'Armée syrienne libre (ASL) qui assurent la sécurité des manifestations hostiles à Bachar al-Assad.

Les forces gouvernementales ont également bombardé mercredi les villes rebelles de Homs et de Hama, (au nord de Damas), deux bastions de l'opposition. Dans le même temps, le régime a annoncé mercredi la tenue d'un référendum le 26 février sur un projet de nouvelle Constitution qui mettrait fin au monopole du parti Baas.

ATS