Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Syrie: bombardements et attentat enterrent la trêve

La trêve proclamée en Syrie pour la fête musulmane de l'Aïd al-Adha a été définitivement enterrée samedi avec des raids aériens et des combats sans répit entre rebelles et soldats. Depuis l'entrée en vigueur du cessez-le-feu vendredi matin, les violences ont fait près de 200 morts.

La trêve, initiée par le médiateur international Lakhdar Brahimi, aura finalement subi le même sort que celle instaurée par son prédécesseur Kofi Annan en avril dernier qui a aussi volé en éclats en raison des violences.

Samedi, l'aviation syrienne a mené pour la première fois depuis vendredi des raids dans les provinces de Damas et d'Idleb (nord-ouest), où sont retranchés de nombreux rebelles.

Signe que ni le régime du président Bachar al-Assad ni les insurgés ne semblent prêts à faire taire leurs armes, de violents combats ont aussi secoué Alep, grande métropole du Nord, la région stratégique de Maaret al-Noomane dans Idleb ou encore Deir Ezzor (est), où un attentat à la voiture piégée a fait plusieurs victimes.

Brève accalmie

Rebelles et armée s'étaient engagés à interrompre les hostilités durant les quatre jours de l'Aïd al-Adha, mais ils avaient prévenu qu'ils riposteraient en cas de violation du cessez-le-feu par la partie adverse.

Après une très brève accalmie, la plupart des fronts se sont embrasés, chaque camp faisant porter à l'autre la responsabilité de la rupture de la trêve.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), basé au Royaume-Uni et proche des rebelles, les violences ont fait au moins 146 morts vendredi et au moins 48 samedi à travers le pays. En 19 mois de conflit, la guerre a fait plus de 35'000 morts, affirme l'OSDH.

Combats entre Kurdes et rebelles

Dans ce contexte sont venus s'ajouter des combats inédits entre miliciens kurdes et rebelles à Alep. Ils ont fait 30 morts et 200 prisonniers vendredi, selon l'OSDH.

Les rebelles, qui disent avoir pris les armes face à la répression de la contestation pacifique, ont qualifié d'"échec" et de "mensonge" la trêve négociée par M. Brahimi, le médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.