Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'armée syrienne a lancé dimanche une contre-attaque dans le nord du pays pour reprendre des positions perdues ces derniers jours. Elle a également repoussé une offensive des rebelles contre la plus importante base militaire de la province d'Idleb, selon une ONG syrienne.

Les loyalistes ont ainsi repris le contrôle total de la mosquée historique des Omeyyades dans le centre-ville d'Alep, que les insurgés avaient partiellement pris la veille, affirme une source militaire.

Samedi soir, les rebelles avaient pris d'assaut le bâtiment, qui selon eux, sert de base à l'armée en raison de sa position stratégique dans la vieille ville et de son architecture, qui en fait une forteresse. Les forces rebelles affirment avoir étendu leur emprise ces derniers jours sur le nord-ouest du pays, prenant le contrôle de plusieurs villes près de la frontière turque.

Aviation en action

L'aviation du régime a largué dimanche des bombes sur Maaret al-Noomane, prise par les rebelles en début de semaine. En s'emparant de cette ville située sur la route vers Alep, les insurgés ont pu freiner l'acheminement des renforts militaires vers la métropole du nord, théâtre depuis mi-juillet de violents combats.

A l'est de Maaret al-Noomane, des combats se sont déroulés aux abords de l'importance base de Wadi Daif, qui renferme des réservoirs de carburant, des chars et un grand nombre de soldats, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Tension avec la Turquie

Le conflit armé se double de tensions accrues entre la Syrie et la Turquie, qui soutient la rébellion et a menacé de répliquer à toute attaque de Damas après une série d'incidents à sa frontière.

Signe de l'aggravation de la crise entre les deux ex-alliés, Damas a décidé d'interdire aux avions de la Turkish Airlines de survoler son territoire. Ankara a répliqué en fermant son espace aérien aux vols civils syriens.

Malgré les combats, l'émissaire international Lakhdar Brahimi tente toujours de trouver une solution en visitant les puissances régionales: après l'Arabie saoudite et la Turquie, il s'est rendu dimanche en Iran, principal allié de M. Assad.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS