Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des dizaines de milliers de Syriens ont manifesté vendredi à travers le pays contre le régime de Bachar al-Assad. Ils ont bravé l'important déploiement des forces de l'ordre et le pilonnage intensif des villes rebelles.

Cette mobilisation massive intervient alors que le Conseil de sécurité de l'ONU a demandé jeudi à Damas de cesser ses opérations militaires au plus tard le 10 avril, comme il l'a promis. L'ONU a demandé à l'opposition de faire de même dans les 48 heures suivantes.

Les tirs des forces de sécurité ont visé les manifestations à Douma (nord de Damas), à Hama (centre) et à Idleb (nord-ouest), ont indiqué les Comités locaux de coordination (LCC), qui animent la contestation sur le terrain.

Des rassemblements ont également eu lieu à Qamechli (nord), dans les régions kurdes, et dans la province de Deir Ezzor (est), selon le président de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

Sur leur page Facebook "The Syrian Revolution 2011", les militants pro-démocratie avaient appelé à défiler en faveur de l'armement des rebelles, au lendemain d'une nouvelle journée de violences ayant fait 77 morts, dont 45 civils, selon l'OSDH.

Des tireurs embusqués

Les militants ont fait état d'un "déploiement massif d'agents de sécurité visant notamment à empêcher les manifestations" à Mouadamiyé dans la province de Damas. Des tireurs embusqués y étaient déployés sur les immeubles, ainsi que sur la place Assi à Hama, lieu habituel des rassemblements.

Dans la ville côtière de Banias et les villages environnants, des agents de sécurité encerclaient "toutes les mosquées", d'où partent traditionnellement les manifestations. Dans le même temps, les forces de l'ordre perquisitionnaient des maisons dans la banlieue de Damas, après une nuit de combats avec des déserteurs, qui ont tué trois soldats, d'après l'OSDH.

De violents combats opposaient à Dmeir (40 km au nord de Damas) déserteurs et forces du régime, qui ont pris d'assaut cette ville. Au moins un soldat a été tué. Les quartiers de Zabadani (47 km au nord-ouest de Damas), de Homs (centre) et de Rastane (centre) étaient également pilonnés, de même qu'à Douma où une femme a péri, toujours selon l'OSDH.

Au total, 35 personnes ont été tuées - 22 civils, 9 soldats et quatre déserteurs - à travers le pays vendredi, essentiellement dans les régions de Homs et d'Alep.

ATS