Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Onze mille Syriens ont fui le conflit en 24 heures depuis jeudi, a annoncé vendredi le Haut Commissariat de l'ONU aux réfugiés. Alors que la situation empire, Bachar al-Assad nie avoir commis des crimes de guerre et estime que seules "les urnes" pourront décider de son avenir.

Parmi le flux de réfugiés de ces dernières heures, 9000 ont pris la direction de la Turquie, mille sont partis en Jordanie ainsi qu'un millier vers le Liban, selon les estimations de Panos Moumtzis, responsable au Haut Commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR). Habituellement, quelque 2000 réfugiés sont dénombrés par jour.

Le nombre total de réfugiés dans les quatre pays voisins de la Syrie (Turquie, Liban, Jordanie et Irak) s'élève à plus de 408'000, a-t-il précisé.

Le directeur de l'Office de l'ONU pour l'aide humanitaire, Hohn Ging, a de son côté estimé que quatre millions de Syriens auront besoin d'aide en 2013, "en hausse par rapport aux deux millions et demi (estimés jusqu'ici)". Et, a-t-il dit, ce chiffre "va continuer à croître". M. Ging a précisé que près d'un million de Syriens ne reçoivent actuellement aucune aide.

"Il n'est pas possible de traverser les lignes de front pour aider ces personnes dans le besoin", a-t-il expliqué. Pour les aider, il faudrait pouvoir faire parvenir des convois à travers les frontières internationales, à partir de la Turquie, selon M.Ging.

"Mais pour cela, il nous faut l'accord des autorités de Damas. Et nous ne l'avons pas reçu". Le responsable a lancé un appel urgent pour une solution. Autre constatation, la réponse des donateurs à l'augmentation des besoins humanitaires est insuffisante, ont alerté les agences de l'ONU.

Bachar persiste et signe

Interrogé en cette fin de semaine par une chaîne de télévision russe, le président Bachar al-Assad a affirmé mener une "guerre contre le terrorisme" et a prôné un règlement par les urnes.

"L'armée ne pourrait pas résister depuis vingt mois dans ces circonstances difficiles sans le soutien de la population en Syrie", a estimé M. Assad qui a accusé les rebelles de commettre, eux, des crimes de guerre, citant pour preuves des rapports d'Amnesty International et de Human Rights Watch.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS