Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les troupes régulières syriennes ont continué de bombarder Haffé et Homs, où des militants craignent de nouveaux massacres. Les observateurs onusiens ont été empêchés d'arriver à Haffé. Selon des opposants, au moins 36 personnes, dont 24 civils, ont péri mardi en Syrie.

Depuis huit jours, les bombardements par l'armée régulière et les combats entre rebelles et soldats ont déjà fait au total 120 morts à Haffé, dont 29 civils, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). L'ONG parle de "dizaines de blessés" pour la seule journée de mardi.

La ville de Haffé, dans la province de Lattaquié, est considérée comme un site stratégique en raison de sa proximité avec Qardaha, ville natale du président syrien Bachar al-Assad. Elle est nichée dans les montagnes près de la côte méditerranéenne.

Renforts envoyés

"Les forces du régime envoient des renforts et se préparent à attaquer Haffé", a précisé l'OSDH, affirmant que des centaines de rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL, composée en majorité de rebelles) s'y trouvaient également.

Les observateurs de l'ONU n'ont pas pu rejoindre Haffé. "Les habitants du village de Chir, qui soutiennent le régime, ont empêché les observateurs d'arriver à Haffé en s'allongeant sur la route", a résumé l'OSDH.

Ailleurs, des mortiers sont tombés sur un quartier de Deir Ezzor, dans l'est, selon l'OSDH, qui a fait état d'un assaut de l'armée contre la localité d'al-Achara. Dans la province d'Alep, plusieurs localités sont aussi la cible de violents bombardements des troupes du régime, a précisé l'ONG. La ville de Homs est par ailleurs toujours sous le feu de l'armée.

Enfants comme boucliers

Selon l'ONU, l'armée syrienne se serait servi d'enfants comme de boucliers humains lors d'opérations. Le rapport fait également état, côté opposition, de l'enrôlement d'enfants dans les rangs de l'ASL.

Sur le plan diplomatique, l'émissaire de l'ONU Kofi Annan espère la tenue prochaine d'une réunion d'un groupe de contact international sur la Syrie, même si aucun lieu n'a pour l'instant été fixé, pas plus que la liste des participants.

ATS