Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'émissaire international pour la Syrie Lakhdar Brahimi a rencontré mardi des opposants tolérés par le président Bachar al-Assad. Il va rester jusqu'à dimanche à Damas pour tenter de mettre en application un plan international de sortie de crise.

Les opposants rencontrés par le diplomate algérien ne sont reconnus ni par les rebelles armés sur le terrain ni par la Coalition nationale syrienne (CNS), principalement basée à l'étranger, qui regroupe la plus grande partie des adversaires de Bachar al-Assad.

Les principaux groupes de l'opposition - que M. Brahimi a rencontré lundi - ont réitéré mardi leur rejet à tout règlement prévoyant un maintien du régime. Ils critiquent la volonté de l'émissaire de négocier une transition politique et son refus d'exiger le départ du président syrien.

Accord américano-russe évoqué

"La seule issue est un gouvernement transitoire, disposant de tous les pouvoirs, qui conduira le pays à bon port", a expliqué le bureau exécutif du Comité de coordination pour le changement national et démocratique.

Des informations publiées par "Le Figaro" ont fait état d'un accord entre Russes et Américains sur la constitution d'un gouvernement de transition ayant tous les pouvoirs et le maintien du président Bachar al-Assad jusqu'au terme de son mandat en 2014, avec l'impossibilité pour lui de se représenter.

Ces "fuites" ont suscité la colère des organisations qui combattent sur le terrain. Les Comités locaux de coordination (LCC) ont affirmé qu'"ils rejettent toute initiative qui forcerait les Syriens à choisir entre un compromis injuste ou la poursuite des crimes par le régime".

Les violences se poursuivent

Ils insistent sur le fait que Bachar al-"Assad et tous les responsables politiques, militaires et sécuritaires doivent quitter le pouvoir" et refusent toute éventuelle immunité pour les piliers du régime.

Sur le terrain, la violence ne connaît aucun répit. Un obus de mortier est tombé sur un immeuble à Roukneddine, dans le nord de Damas, tandis que se déroulaient des combats dans le sud-ouest de la capitale, à Daraya et Mouadamiya al-Cham.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS