Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Staffan de Mistura a fait accepter sa proposition d'un mécanisme technique pour accompagner la préparation d'une nouvelle Constitution (archives).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Des experts vont contribuer à accompagner un processus constitutionnel en Syrie. L'ONU a annoncé jeudi à Genève que le gouvernement et le principal groupe d'opposants avaient accepté ce mécanisme technique proposé par l'émissaire Staffan de Mistura.

De premières rencontres dans ce cadre ont eu lieu dès jeudi. Ces réunions vont se poursuivre si besoin jusqu'à vendredi et leurs résultats, côté régime, seront présentés à l'ensemble de la délégation et à M. de Mistura, a précisé de son côté devant la presse le chef de la délégation gouvernementale syrienne Bachar al-Jaafari.

Si un mécanisme a été proposé par l'émissaire de l'ONU, l'ambassadeur syrien à l'ONU à New York revendique l'organisation de réunions d'experts. "Cela n'a rien à voir avec une transition politique", a-t-il fait remarquer.

Et d'ajouter encore que ces rencontres doivent apporter des contributions mais que la "Constitution est un droit exclusif des Syriens" et que le gouvernement n'acceptera aucune interférence pour un projet concret dans ce cadre.

Autre discussion avec le HCN

"Nous espérons que cette étape aidera à faire avancer cette série de pourparlers et à un processus sérieux comme tout le monde le souhaite", a affirmé Bachar al-Jaafari. Le principal groupe d'opposition du Haut Comité des négociations (HCN) a également approuvé ce format, a indiqué le bureau de M. de Mistura.

"Nous avons des experts syriens" pour cette tâche, avait toutefois indiqué mercredi le porte-parole du HCN Salim al-Muslet. Jeudi, il a affirmé que sa délégation devait par ailleurs aborder la question du gouvernement de transition avec l'émissaire.

Les pourparlers de Genève doivent aborder quatre "paniers". Outre le gouvernement de transition et une nouvelle Constitution, ils portent sur des élections contrôlées par l'ONU et la lutte contre le terrorisme.

Au total, 13,5 millions de personnes ont besoin d'assistance en Syrie et cinq millions sont réfugiées dans les pays voisins. En six ans, le conflit a fait plus de 320'000 victimes.

Sur le terrain, plus de 50 personnes ont été tuées jeudi dans une attaque du groupe djihadiste Etat islamique (EI) contre deux villages prorégime de la province de Hama, dans le centre de la Syrie, a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Dans les combats, l'EI a perdu 15 combattants.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS