Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les forces syriennes ont tué mardi des dizaines de personnes aux abords d'une mosquée de la ville d'Idleb, près de la frontière turque, ont rapporté des opposants armés. Pour sa part, la Ligue arabe a réclamé l'ouverture d'une enquête internationale sur les tueries de civils en Syrie.

"Il doit y avoir une enquête internationale neutre pour faire la lumière sur ce qui se passe, identifier les responsables de ces crimes et les traduire devant la justice", a déclaré dans un communiqué le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil Elarabi.

"A propos des tueries, de l'élimination horrible de familles entières, parmi lesquelles des femmes, des enfants et des personnes âgées, l'on peut parler de crimes contre l'humanité", a ajouté M. Elarabi.

Le président du Conseil national syrien (CNS, opposition en exil), Bouhran Ghalioune, avec qui M. Annan a eu des contacts à Ankara, a déclaré que l'objectif était d'obtenir une solution politique et diplomatique, faute de quoi des gouvernements étrangers mettraient à exécution leurs promesses d'armer les rebelles. Deux pays sunnites, l'Arabie saoudite et le Qatar, ont notamment demandé que des armes soient livrées aux opposants.

Elections législatives en mai

Sur le terrain, les troupes gouvernementales continuent de livrer une guerre sans merci aux insurgés. A Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, des dizaines de corps ensanglantés d'hommes non identifiés jonchaient mardi le sol de la mosquée, selon des images vidéo.

Le président Bachar al-Assad a de son côté annoncé mardi avoir fixé au 7 mai la date des prochaines élections législatives, conformément à la nouvelle Constitution adoptée en février par référendum et instituant le pluralisme politique. Les opposants ont immédiatement déclaré qu'ils boycotteraient ce scrutin.

Les Etats-Unis se sont montrés outrés face à cette décision du régime: "des élections législatives (...) au milieu des violences que l'on peut voir à travers le pays, c'est ridicule", a déclaré à des journalistes la porte-parole du département d'Etat américain, Victoria Nuland.

ATS