Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Ligue arabe a demandé samedi à l'ONU de fixer un calendrier pour l'application du plan Annan et de recourir au Chapitre VII de sa charte pour imposer rupture des relations diplomatiques et sanctions à la Syrie. Sur le terrain, 38 personnes ont été tuées samedi dans de nouvelles violences.

Dans un communiqué publié au terme de leur réunion extraordinaire à Doha (Qatar), les ministres des Affaires étrangères des membres de la Ligue arabe ont exhorté le Conseil de sécurité à "prendre les mesures nécessaires pour assurer une application totale et immédiate du plan de (...) Kofi Annan selon un calendrier bien défini, et ce en ayant recours au Chapitre VII de la Charte des Nations unies".

Par ce recours, les ministres demandent "la suspension partielle ou totale des relations économiques, des liaisons ferroviaires, maritimes, aériennes, postales, télégraphiques et de télécommunications et la rupture des relations diplomatiques" entre la Syrie et les autres pays.

Le Chapitre VII prévoit aussi la possibilité d'un recours à la force en cas de menaces contre la paix. Mais, alors qu'on l'interrogeait sur cette possibilité, le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, a laconiquement répondu: "Nous n'avons demandé aucune action militaire".

Le spectre d'une guerre totale

Le plan de paix du médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe Kofi Annan, qui prévoit en premier lieu la fin des hostilités, est resté lettre morte depuis des semaines. La Syrie est désormais au bord de la guerre civile, selon de nombreux dirigeants internationaux.

Lors de la réunion de Doha, Kofi Annan a dressé un sombre tableau de la situation en Syrie, 15 mois après le début des premières manifestations anti-Assad, à la mi-mars 2011. Il a admis que les efforts entrepris par les Nations unies pour faire tenir le cessez-le-feu avaient échoué.

"La violence a atteint des niveaux totalement inacceptables", a dénoncé M. Annan, ajoutant: "Le spectre d'une guerre totale, ayant une dimension confessionnelle inquiétante, augmente au fil des jours".

ATS