Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un journal proche du pouvoir du président syrien Bachar al-Assad a promis dimanche "l'enfer" à ceux qui songeraient à attaquer Damas. Sur le terrain, l'aviation a poursuivi ses bombardements sur la banlieue de la capitale. A Homs, un attentat a fait une quinzaine de morts.

Les chasseurs-bombardiers ont mené de nouveaux raids sur la banlieue de Damas désormais au coeur des combats, le régime ayant lancé jeudi une vaste offensive pour reconquérir un rayon de huit kilomètres autour la capitale. Le pouvoir veut à tout prix conserver ce périmètre pour être en position de négocier une issue au conflit, selon les experts.

Entre bombardements aériens et combats sur le terrain autour de la capitale, la journée a à nouveau fait de nombreuses victimes, dont des civils. Le bilan du week-end s'élèverait à plus de 200 morts, selon les chiffres à prendre toujours avec prudence de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG proche des rebelles.

"Les portes de l'enfer"

La grande offensive est "la première de ce genre contre les lieux où sont regroupés les terroristes", a écrit "Al-Watan", un quotidien proche du pouvoir dans son édition de dimanche. "L'armée syrienne a ouvert depuis jeudi matin les portes de l'enfer à tous ceux qui songent à s'approcher de Damas ou à lancer une attaque contre la capitale", poursuit le journal.

Toujours selon "Al-Watan", "des centaines de terroristes sont morts (...) l'armée a riposté à toutes les attaques terroristes lancées jeudi dont certaines visaient à couper la route de l'aéroport international de Damas". Le régime assimile opposants et rebelles à des "terroristes" armés et financés par l'étranger, depuis le début mi-mars 2011 d'une révolte populaire devenue conflit armé.

A Homs, dans le centre du pays, 15 civils ont été tués dans un attentat "terroriste", selon l'agence officielle Sana. L'OSDH a évoqué pour sa part une voiture piégée. Elle a précisé que ce quartier était aux mains de l'armée.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS