Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au moins 57 civils auraient perdu la vie dans différentes villes de Syrie, dont 33 lors d'une vaste opération militaire contre Abdita, une localité de la province rebelle d'Idleb (nord-ouest). Parallèlement la pression internationale s'est renforcée pour acheminer une aide humanitaire aux populations.

Dans cette même province, un chauffeur a perdu la vie et cinq institutrices qu'il transportait ont été blessées par des tirs contre leur bus, lors d'un assaut contre le village de Tarnabé, qui a fait un second tué, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans la ville de Homs, baptisée "capitale de la révolution", 16 personnes, dont une femme et trois enfants, ont péri dans le bombardement intensif du quartier rebelle de Bab Amr, pilonné depuis 18 jours, selon une ONG britannique.

Cinq civils, dont un enfant, ont également été abattus par des tirs des forces de sécurité dans la ville de Qousseir, dans la province de Homs, selon l'OSDH. Par ailleurs, un convoi de 56 chars et véhicules de transport de troupes a été vu se dirigeant vers Homs, selon l'OSDH, faisant craindre aux militants un assaut final à brève échéance.

L'armée tire sur des étudiants

A Alep (nord), deuxième ville du pays, les forces de sécurité ont tiré sur 2500 étudiants qui observaient un sit-in à l'université. Le "drapeau de l'indépendance", adopté par les rebelles, a été déployé, a rapporté l'OSDH.

La pression internationale s'est encore renforcée mardi pour amener une aide humanitaire aux populations civiles de Syrie. Dans le même temps les diplomates fondent des espoirs sur la réunion des "amis de la Syrie" prévue vendredi à Tunis.

"La situation actuelle exige qu'une décision soit prise immédiatement pour qu'une pause humanitaire puisse être instaurée dans les combats", a déclaré le président du CICR, Jakob Kellenberger, cité dans un communiqué.

Le CICR avait dit lundi être en pourparlers avec Damas et les membres de l'opposition pour faciliter l'accès au Croissant-Rouge syrien et au CICR auprès des populations dans le besoin.

ATS