Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Russie, allié indéfectible de Damas depuis le début de la révolte syrienne, s'est montrée mardi ouverte à un départ du pouvoir du président Bachar al-Assad. La Syrie a de son côté autorisé mardi l'ONU et des ONG à apporter une aide humanitaire dans le pays.

Après des missions de reconnaissance dimanche, des organisations humanitaires pourront s'installer à Homs (centre), Idleb (nord-ouest), Deraa (sud) et Deir Ezzor (est), pour distribuer une aide alimentaire et médicale.

"Cet accord a été conclu à Damas, par écrit, avec le gouvernement (syrien)", a déclaré John Ging, qui présidait une réunion organisée à huis clos à Genève sur les aspects humanitaires de la crise. La bonne foi du gouvernement (syrien) sera mise à l'épreuve dès aujourd'hui, demain et les jours suivants", a-t-il ajouté.

Ambassadeurs expulsés

M. Ging a toutefois affiché sa prudence, refusant de s'avancer sur le nombre de travailleurs humanitaires concernés ni sur un calendrier. Il a ajouté que ces modalités faisaient encore l'objet de discussions avec les responsables syriens.

Les autorités syriennes se sont en revanche montrées intraitables en déclarant "persona non grata" les ambassadeurs de plusieurs pays occidentaux, dont la Suisse, les Etats-Unis et la France, pour riposter au renvoi des ambassadeurs syriens.

L'ouverture sur le plan humanitaire du côté du régime syrien a toutefois été assombrie sur le terrain par les combats entre armée et déserteurs qui ont à nouveau fait rage mardi. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), ces affrontements ont fait au moins 25 morts.

Berne soutient le plan Annan

De son côté, le conseiller fédéral Didier Burkhalter a assuré mardi à Genève auprès de Kofi Annan du soutien de la Suisse à son plan de paix. Le chef de la diplomatie suisse a insisté sur la défense des droits de l'homme et la lutte contre l'impunité.

M. Burkhalter a témoigné du "souci de la Suisse de faire en sorte que les crimes commis en Syrie ne restent pas impunis", a affirmé le Département fédéral des Affaires étrangères.

ATS