Toute l'actu en bref

Bachar al-Jaafari à gauche veut parler en priorité de lutte contre le terrorisme dans les pourparlers syriens à Genève.

KEYSTONE/AP POOL REUTERS/DENIS BALBOUSE

(sda-ats)

Le régime syrien entame la nouvelle série de pourparlers à Genève par la lutte contre le terrorisme. Il veut discuter en priorité de cette question avec l'émissaire de l'ONU Staffan de Mistura.

"Nous ne négligeons pas les trois autres paniers", a dit vendredi devant la presse le chef de la délégation du gouvernement Bachar al-Jaafari. Les parties au conflit sont censées aborder en parallèle la gouvernance, une nouvelle Constitution, des élections contrôlées par l'ONU et la lutte contre le terrorisme.

Mais "les développements sur le terrain demandent que nous commencions demain" avec le quatrième panier, a dit l'ambassadeur syrien à l'ONU à New York après sa rencontre avec M. de Mistura. Selon lui, l'émissaire de l'ONU a montré de la "compréhension pour cette position".

"Quiconque s'opposerait à cette approche" soutiendrait le terrorisme, a ajouté Bachar al-Jaafari. Il a ciblé le Haut Comité pour les négociations (HCN), principal groupe d'opposition, qui justifie selon lui les attaques de groupes comme le Front al-Nosra à Damas ou Hamas.

Il a aussi mis à nouveau en cause l'Arabie saoudite, Israël, la Jordanie, la Turquie, la France ou la Grande-Bretagne, accusés d'être proches du HCN et d'extrémistes. Alors que la bataille pour la reprise de Raqa contrôlée par l'Etat islamique (EI) est annoncée comme imminente, il estime que toute offensive contre ce groupe doit être coordonnée avec les autorités irakiennes et syriennes.

"Ceux qui tentent de lutter contre l'EI sont le gouvernement syrien et ses alliés russe et iranien", a-t-il dit. Et de dénoncer les bombardements américains qui ont fait plus de 200 victimes parmi les civils ces derniers jours, selon lui.

ATS

 Toute l'actu en bref