Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le régime syrien a affirmé avoir gagné "une fois pour toutes" la bataille contre l'opposition et les rebelles. Mais ses troupes bombardaient toujours samedi des poches de résistance et de violents combats opposaient soldats et déserteurs près de Damas et dans le sud.

L'annonce de Damas intervient à la veille de la réunion des "Amis de la Syrie" à Istanbul, où plus de 70 pays tenteront d'"accroître la pression" sur le régime. Les perspectives d'avancées de la réunion d'Istanbul restent limitées en raison des divergences au sein de l'opposition syrienne et entre les pays arabes ou occidentaux.

"La bataille pour faire tomber l'Etat en Syrie est terminée une fois pour toutes", a affirmé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Jihad Makdessi, prévenant que l'armée ne se retirerait des zones résidentielles qu'après "le rétablissement de la sécurité et la paix civile".

L'armée continuait samedi sa campagne contre les bastions insurgés, bombardant le quartier de Khaldiyé à Homs. La répression a tué, entre autres, un civil qui animait par des chants les manifestations dans la province d'Idleb.

Equipe d'experts

Les violences se poursuivent alors même que Damas a dit accepter le plan de l'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe, Kofi Annan, qui préconise notamment la cessation de toute forme de violence par toutes les parties.

Dans ce cadre, Damas a annoncé avoir accepté d'accueillir, à la demande de l'ONU, une équipe d'experts pour étudier les conditions de déploiement d'une mission d'observateurs des Nations unies pour surveiller un éventuel cessez-le-feu.

Avant sa participation à la réunion d'Istanbul, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a entamé son deuxième jour de visite à Ryad. Les Etats-Unis et les pays du Golfe dans ce cadre ont demandé à Kofi Annan d'établir un calendrier de mise en oeuvre par Bachar al-Assad de son plan de sortie de crise.

ATS