Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les combats entre l'armée restée fidèle à Bachar al-Assad et les insurgés n'ont pas cessé mardi en Syrie. Pour l'émissaire de l'ONU Kofi Annan, les soldats se seraient retirés de certains secteurs pour se déployer dans d'autres. Damas a assuré appliquer le plan de paix.

L'armée était censée avoir quitté les villes mardi avant minuit heure locale (23h00, heure suisse). M. Annan, qui visitait mardi des camps de réfugiés syriens en Turquie, a jugé prématuré de dire si son plan avait échoué. Il a réitéré son appel à la fin des combats, sans condition préalable, d'ici jeudi.

L'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe a fait état d'informations contradictoires de la situation sur le terrain. Il a indiqué que l'armée avait pris position dans des zones qui n'étaient jusqu'ici pas concernées par les opérations militaires.

La ville de Homs toujours menacée

Le Conseil national syrien (CNS), principal organe de l'opposition, a expliqué n'avoir constaté aucun signe d'un retrait de l'armée. Des blindés sont restés déployés à Homs et Hama, a-t-il ajouté.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a lui indiqué que plus de 50 personnes seraient mortes mardi à travers le pays. De violents bombardements ont notamment visé plusieurs quartiers de Homs, où 26 personnes au moins ont péri, selon l'OSDH.

Damas dit jouer le jeu

Le plan de paix accorde aux rebelles jusqu'à jeudi 06h00 locales (05h00, heure suisse) pour cesser le feu. L'Armée syrienne libre, fer de lance de la lutte armée contre le régime, ne veut observer une trêve que lorsqu'elle sera sûre que les troupes régulières se seront retirées des villes.

En visite à Moscou, le chef de la diplomatie syrienne a assuré que Damas avait commencé à appliquer le plan de paix de Kofi Annan. Mais il a également demandé que les rebelles observent sans attendre le cessez-le-feu sur le terrain.

ATS