Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les soldats fidèles à Bachar al-Assad ont repris le contrôle de Rastane, au terme de cinq jours de combats entre l'armée et les opposants, alliés à des déserteurs, a annoncé samedi l'Observatoire syrien pour les droits de l'Homme (OSDH). A Istanbul, le Conseil national syrien (CNS) tentait de rallier d'autres opposants syriens à sa cause.

Un habitant de Rastane, qui a réussi à s'échapper tôt ce samedi de cette localité du Centre-Ouest de la Syrie, sur la route menant de Damas à Alep, a fait état de fusillades acharnées tout au long de la nuit, selon le président de l'ONG, dont le siège est en Grande-Bretagne.

L'armée s'est déployée dans environ 80% de cette agglomération de 40'000 habitants après l'envoi, vendredi, de 250 chars dans la région. Les communications avec Rastane, à 180 km au nord de la capitale, sont difficiles.

Parallèlement, la répression a fait trois nouvelles victimes, a rapporté l'OSDH. Deux jeunes hommes ont succombé samedi à des blessures causées la veille par des tirs des forces de sécurité à Harasta et à Qodsaya, près de la capitale.

Le corps d'un troisième jeune homme, arrêté vendredi, a par ailleurs été remis à ses parents à Talbisseh, dans la province de Homs (centre), a également indiqué l'OSDH.

Sort d'un militant incertain

L'OSDH a également exprimé des craintes pour la vie d'un jeune militant qui avait été "à la pointe" de la contestation à Banias (nord-ouest) jusqu'à son arrestation en mai.

"Des informations sûres affirment qu'il a été torturé et blessé à la tête dans les locaux des services de sécurité", a dénoncé l'OSDH. "Il y a des craintes qu'il subisse le même sort que celui d'un autre militant qui est mort récemment sous la torture.

A Istanbul, le CNS, la coalition la plus large et la plus représentative de l'opposition, a mené des tractations à huis clos avec d'autres opposants syriens pour tenter d'obtenir leur ralliement. Cette réunion doit permettre en particulier l'élection du président du CNS et de ceux des différentes commissions.

ATS