Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les autorités syriennes ont empêché vendredi un convoi humanitaire du CICR d'entrer dans le quartier de Baba Amr, à Homs, repris la veille par l'armée aux rebelles. Les journalistes français Edith Bouvier et William Daniels, qui étaient restés bloqués plusieurs jours dans la ville syrienne, sont eux rentrés en France.

Les sept camions du CICR et du Croissant-Rouge arabe syrien (CRAS) bloqués transportaient de la nourriture, des médicaments, des couvertures et du lait infantile notamment. Le président du CICR Jakob Kellenberger a dénoncé cette cette situation, la qualifiant d'"inacceptable". Il a précisé que le CICR resterait dans la nuit à Homs dans l'espoir d'entrer à Baba Amr "dans un futur très proche".

"Représailles"

Le Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a de son côté appelé les autorités syriennes à ne pas exercer de "représailles" é Baba Amr, s'inquiétant après avoir reçu des informations non confirmées de 17 exécutions sommaires.

Au moins dix personnes ont été tuées vendredi à Baba Amr, au lendemain de la chute de ce quartier assiégé et bombardé par l'armée depuis le 4 février, ainsi que 19 autres dans le reste du pays, a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Tirs sur la foule

L'armée syrienne a en outre tiré vendredi sur des milliers de personnes descendues dans la rue à Alep, deuxième ville du pays, à l'appel de l'opposition. Les manifestants réclamaient des armes de l'étranger pour l'Armée syrienne libre (ASL) après son retrait de Baba Amr.

Réunis à Bruxelles, les dirigeants européens ont de leur côté haussé le ton vendredi, souhaitant "que les responsables des atrocités syriennes répondent de leurs actes" devant la justice internationale.

Une saisine de la Cour pénale internationale pour sanctionner la répression en Syrie nécessite un feu vert du Conseil de sécurité de l'ONU où Damas bénéficie du soutien de la Russie et de la Chine.

ATS