Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les observateurs de la Ligue arabe ont débuté mardi leur mission en Syrie en se rendant à Homs, où des dizaines de milliers de personnes ont manifesté. La chef de la délégation arabe s'est dit satisfait de sa première journée passée dans ce bastion de la révolte contre le régime.

Des dizaines de milliers de personnes ont observé un sit-in dans le quartier de Khalidiyé à Homs pour "dénoncer les crimes du régime" du président Bachar al-Assad, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), faisant état d'autres rassemblements dans deux autres quartiers.

Des dizaines de milliers de manifestants auraient ensuite tenté de pénétrer sur la place al-Saa, la grande place du centre de Homs. Mais des agents de la sécurité les ont dispersés en tirant des gaz lacrymogènes.

Evaluation des "dégâts"

La télévision privée Dounia, proche du pouvoir, a affirmé que les observateurs s'étaient rendus dans le quartier de Bab Sebaa à Homs, où ils avaient "évalué les dégâts faits par les groupes terroristes", et qu'ils devaient se rendre plus tard à Hama, au centre du pays, et à Idleb au nord-ouest.

Une vidéo diffusée sur YouTube montrait des observateurs arabes à Homs, parmi lesquels M. Dabi, pris à partie par quelques habitants essayant de les convaincre de venir voir ce qu'il se passe dans leur quartier.

"Une ruse", selon l'OSDH

Les violences, qui ont fait au moins 5000 morts en neuf mois selon l'ONU, auraient encore coûté la vie à cinq civils, tombés mardi sous les balles des forces de l'ordre dans trois villes du pays.

Selon Rami Abdel Rahmane, président de l'OSDH, onze chars et des véhicules blindés se sont retirés du quartier de Baba Amro à Homs, théâtre d'intenses bombardements les jours précédents, avant l'arrivée des observateurs.

Le repli des blindés n'est qu'une "ruse", les bombardements pouvant reprendre "en quelques minutes", ont dénoncé M. Abdel Rahmane et les militants de la page Facebook "Syrian Revolution 2011".

ATS