Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les rebelles syriens à Alep seront "sans aucun doute vaincus", a déclaré dimanche à Téhéran le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem. Il s'exprimait lors d'une conférence de presse commune avec son homologue iranien Ali Akbar Salehi, tandis qu'Alep était à nouveau en proie à de violents combats.

"Toutes les forces anti-syriennes se sont rassemblées à Alep pour lutter contre le gouvernement et elles seront sans aucun doute vaincues" par les forces armées syriennes, a déclaré M. Mouallem, ajoutant que "le peuple syrien se bat aux côtés de l'armée" contre les rebelles.

L'armée mène depuis samedi matin une violente offensive sur Alep, deuxième ville et poumon économique du pays, afin d'en déloger les insurgés.

"Complot mondial"

M. Mouallem a accusé "le Qatar, l'Arabie Saoudite, la Turquie et les pays étrangers à la région d'empêcher la fin des affrontements" en soutenant les rebelles et en leur fournissant des armes. "La Syrie est la cible d'un complot mondial dont les agents sont les pays de la région", a déclaré M. Mouallem.

Il a encore rapporté que "les points de vue de l'Iran et de la Syrie sur la situation en Syrie sont totalement conformes". L'Iran, principal allié régional du régime du président Bachar al-Assad, accuse les pays occidentaux et arabes, notamment l'Arabie saoudite et le Qatar, de soutenir politiquement et militairement la rébellion.

Reprise des combats

Pendant ce temps, les combats avaient repris dimanche à Alep. Les rebelles syriens retranchés dans plusieurs quartiers résistent à l'offensive de l'armée. "Des explosions ont été entendues alors que l'aviation survolait" la deuxième ville de Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Les combats avaient marqué une pause samedi après-midi.

Cette métropole de 2,5 millions d'habitants constitue un enjeu crucial pour les deux parties.

Dans un communiqué publié samedi soir à Genève, le médiateur international pour la Syrie Kofi Annan a exprimé son inquiétude au sujet de la "bataille imminente" à Alep.

Selon un premier bilan de l'OSDH, au moins quatre personnes ont été tuées dimanche à travers le pays, au lendemain d'une journée de violences qui a fait 168 morts - 94 civils, 33 rebelles et 41 soldats.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS