Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Russie a rejeté vendredi un nouveau projet de résolution au Conseil de sécurité de l'ONU condamnant la répression en Syrie. Dans le pays, les troupes loyalistes ont tiré sur les manifestants et affronté les forces de l'opposition dans des violences ayant fait au moins 25 morts.

Des milliers de Syriens ont manifesté dans l'ensemble du pays, notamment à Damas et à Hama, pour marquer le 30e anniversaire du massacre de Hama. Quelque 10'000 personnes avaient été tuées en 1982 dans cette ville lors de la répression d'un soulèvement des Frères musulmans.

De nombreuses personnes vêtues de noir en signe de deuil chantaient et dansaient, criant à la gloire de l'Armée syrienne libre (ASL), composée de déserteurs qui luttent contre le régime.

Les manifestants ont subi dans tout le pays les tirs des forces de sécurité qui ont fait quatorze morts, dont deux enfants. Onze soldats ont été tués par la rébellion.

Contre un changement de régime

Ces nouvelles manifestations interviennent alors que la communauté internationale ne parvient pas à s'entendre pour mettre fin à la répression qui a fait au moins 6000 morts depuis plus de dix mois selon des militants.

La Russie, allié traditionnel de la Syrie a de nouveau indiqué ne pas pouvoir soutenir "en l'état" le projet de résolution sur la Syrie proposée à l'ONU. Mais la secrétaire d'Etat américaine et son homologue russe Sergueï Lavrov ont eu "une conversation constructive", a annoncé le département d'Etat.

Le nouveau texte ne demande plus explicitement le départ du président Bachar al-Assad, ne mentionne pas d'embargo sur les armes ni même de nouvelles sanctions, mais "soutient pleinement (...) la décision de la Ligue arabe du 22 janvier 2012 qui souhaite faciliter une transition politique conduite par les Syriens eux-mêmes".

Moscou s'oppose justement à la mention "plein soutien" au plan arabe de sortie de crise, qui, lui, prévoit la mise à l'écart du président Syrien Bachar al-Assad. Or les Russes estiment que le Conseil n'a pas à exiger un "changement de régime" en Syrie.

ATS