Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Russes et Américains ont à nouveau fait part publiquement dimanche de leurs divergences sur la guerre en Syrie. Le même jour, le médiateur international Lakhdar Brahimi se trouvait au Caire pour sa première mission depuis son entrée en fonctions.

La dispute entre la Russie, allié de poids de Damas, et les Etats-Unis qui réclament le départ de Bachar al-Assad, est intervenue alors que M. Brahimi a jugé "indispensable" le soutien de la communauté internationale pour trouver une solution à près de 19 mois de crise en Syrie.

Le médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe, qui a pris officiellement ses fonctions le 1er septembre, est arrivé dans la journée au Caire. Toutefois, il n'entamera ses entretiens avec le chef de la Ligue arabe Nabil al-Arabi que lundi matin, selon une source à l'organisation. Il prévoit de se rendre à Damas après que "les derniers détails de cette visite auront été finalisés", a dit son porte-parole.

Accord de Genève

Les divergences russo-américaines bloquent les efforts internationaux pour un règlement du conflit.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a jugé insuffisante une résolution au Conseil de sécurité de l'ONU, préconisée par Moscou qui veut pousser cette instance à adopter un accord conclu en juin à Genève sur une transition politique en Syrie mais qui n'appelle pas au départ de Bachar al-Assad.

"Cela n'a pas de sens de passer une résolution sans conséquence parce que nous avons déjà vu plusieurs fois qu'Assad passait outre et continuait d'attaquer son propre peuple", a-t-elle dit dimanche, au dernier jour du sommet annuel du Forum de coopération économique Asie-Pacifique (APEC) à Vladivostok dans l'Extrême-Orient russe.

Sur le terrain, les violences ont fait 54 tués à travers le pays, en majorité des civils, selon un bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Depuis le début du conflit, 27'379 personnes - dont 70 % de civils désarmés ou ayant pris les armes - ont été tuées, selon l'OSDH, et 20'000, selon l'ONU.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS