Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Aucune évacuation de blessés du quartier de Baba Amr, à Homs, n'a eu lieu samedi en Syrie. Des négociations menées par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le Croissant rouge arabe syrien (CRAS) avec les autorités et les opposants syriens armés ont échoué.

Le CICR et le CRAS ont précisé "continuer à négocier". Vendredi, les deux organisations ont transporté sept blessés, ainsi que 20 femmes et enfants malades vers l'hôpital al Amine, à deux kilomètres du quartier rebelle de Baba Amr, principale cible du pilonnage entamé le 4 février sur Homs.

Elles n'ont en revanche pas pu sortir les dépouilles de la reporter américaine Marie Colvin et du photographe français Rémi Ochlik, tués mercredi dans un bombardement, ni la journaliste française Edith Bouvier et le photographe britannique Paul Conroy, blessés dans la même attaque.

Référendum dimanche

Malgré les violences ininterrompues, le régime a maintenu le référendum de dimanche sur une nouvelle constitution, qui supprime la prééminence du parti Baas mais maintient de très larges prérogatives au chef de l'Etat. L'opposition a appelé au boycottage.

Samedi, les violences en Syrie ont fait au moins 57 morts, dont 41 civils, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Au total, les affrontements ont tué au moins 7600 personnes en 11 mois de révolte contre le régime de Bachar al-Assad, selon l'OSDH.

ATS