Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au lendemain de l'échec d'une deuxième résolution de l'ONU sur la Syrie, les violences n'ont montré aucun signe d'essoufflement dimanche dans le pays. Au moins 56 personnes ont été tuées, 28 civils et 28 soldats de l'armée régulière, ont annoncé des opposants.

Samedi, 48 personnes avaient péri, dont une moitié de civils, en plus du bombardement d'une violence inédite dans la nuit contre Homs, qui aurait fait plus de 230 tués, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Le régime de Bachar al-Assad a démenti avoir bombardé la ville rebelle.

Depuis le début du mouvement de contestation en mars 2011, le président Bachar al-Assad impute les violences qui secouent son pays à des "gangs armés". Le bilan de la répression des manifestations antigouvernementales a dépassé les 5000 morts, selon l'ONU.

Indignation

Le veto sino-russe au Conseil de sécurité de l'ONU contre une résolution condamnant la répression en Syrie, a provoqué l'indignation dans le monde arabe, en Occident et au sein de l'opposition.

Après l'échec diplomatique, les Etats-Unis ont annoncé dimanche leur volonté de renforcer les sanctions contre Damas afin d'assécher les sources de financement et les livraisons d'armes du régime. La France a indiqué que l'UE allait également durcir ses sanctions.

Visite russe

La Russie, un allié de Damas, a dit avoir "l'intention de faire tout son possible pour une stabilisation rapide" de la situation en Syrie. Moscou a confirmé une visite mardi à Damas de son ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, pour évoquer la mise en place rapide de "réformes démocratiques indispensables".

Le deuxième veto chinois à l'ONU est destiné à permettre "la poursuite de la recherche d'un règlement pacifique de la crise syrienne (...) épargnant ainsi au peuple syrien de nouveaux troubles et victimes," a pour sa part expliqué l'agence officielle Chine nouvelle.

ATS