Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'aviation et les chars du régime du président syrien Bachar al-Assad se sont déchaînés vendredi sur plusieurs bastions rebelles à travers le pays. Le conflit s'est durci ces trois dernières semaines, avec plus de 4000 morts, selon une ONG syrienne.

Les obus et les roquettes se sont abattus sur Deraa, dans le sud, Idleb, dans le nord-ouest, Alep, dans le nord, Homs et Hama, dans le centre. L'armée syrienne est entrée à l'issue de trois jours d'intenses combats dans le centre-ville de Daraya, dans la banlieue de Damas.

À Damas, Alep, mais aussi dans différentes régions en proie aux violences, plus de 50 cadavres de personnes abattues par balles ont été retrouvés ces dernières 24 heures. La plupart ont les mains ligotées, une balle dans la tête.

Manifestations du vendredi

Profitant des divisions de la communauté internationale, le régime Assad tente d'en finir avec les rebelles. Ces déserteurs ou civils ayant pris les armes sont retranchés dans de nombreuses villes et opposent une résistance farouche aux troupes loyalistes.

Les violences se concentrent près de Damas, place forte du régime, et à Alep, deuxième ville du pays ravagée par plus d'un mois de combats. Le contrôle de cette cité du nord est crucial pour les protagonistes en raison de sa situation géographique.

Malgré l'escalade, les Syriens sont descendus par milliers dans la rue pour crier leur haine à l'égard du président, comme tous les vendredis depuis le début de la révolte il y a 17 mois.

Pic de violence

Le lot quotidien des victimes se monte vendredi, selon un bilan encore provisoire de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), à 92 morts dont 60 civils.

Un pic de violences a été atteint en août avec la mort d'au moins 4000 personnes, affirme l'OSDH. C'est le mois le plus meurtrier depuis le début, en mars 2011, de la révolte au départ pacifique, mais qui s'est militarisée face à la répression du régime.

Au total, la guerre a fait quelque 25'000 morts, en grande majorité des civils, selon l'OSDH, et a poussé à la fuite plus de 200'000 Syriens dans les pays voisins, selon le HCR. Plus de 2 millions de personnes en Syrie ont besoin d'aide.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS