Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Quelque 7000 réfugiés syriens sont bloqués à plusieurs postes-frontières avec la Turquie. Ankara a temporairement interrompu l'accueil des Syriens qui fuient les combats dans leur pays, le temps de mettre en place de nouveaux camps capables de les recevoir.

Deux nouveaux camps de réfugiés d'une capacité de 10'000 personnes sont en cours de construction à Gaziantep et Hatay, deux provinces du sud de la Turquie près de la frontière syrienne, a indiqué un responsable turc. Il a précisé que des vivres et de l'aide humanitaire étaient toutefois distribués aux réfugiés coincés dans le "no man's land" séparant les deux pays.

Le nombre de réfugiés syriens abrités en territoire turc dans plusieurs camps de toile ou de préfabriqués a doublé au cours des deux derniers mois pour atteindre quelque 80'000 personnes.

Hélicoptère abattu à Damas

A Damas, des rebelles ont abattu un hélicoptère de l'armée syrienne qui bombardait le quartier de Djobar, où d'intenses combats ont éclaté, ont rapporté des témoins.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), de violents combats entre l'armée et des rebelles se déroulaient lundi dans plusieurs quartiers du nord-est de Damas, en particulier celui de Jobar, ainsi que dans des villes de la banlieue est de la capitale.

A Daraya, dans la banlieue de la capitale syrienne, 14 nouveaux corps ont été retrouvés. Une vaste opération de l'armée aurait fait des centaines de morts ces derniers jours, affirme l'OSDH.

"Massacre odieux"

L'opposition et des militants ont dénoncé un nouveau "massacre odieux du régime" en diffusant sur Internet des images, non authentifiées, montrant des dizaines de corps gisant dans une mosquée ou dans une tranchée transformée en fosse commune.

Maintes fois accusé d'avoir commis des massacres depuis le début du conflit, le régime du président Bachar al-Assad a pour sa part affirmé, via l'agence officielle Sana, que son armée avait "nettoyé" Daraya de "terroristes mercenaires" qui avaient commis des "crimes contre les habitants".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS