Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un attentat suicide à la voiture piégée a frappé samedi la ville syrienne de Deir Ezzor, faisant neuf morts et 100 blessés. La télévision d'Etat a imputé l'attaque à des "terroristes", alors que l'opposition a accusé le régime de Bachar al-Assad d'en être responsable.

"Les immeubles résidentiels et les installations publiques et privées près du site de l'attentat terroriste ont subi d'importants dégâts", a précisé la chaîne publique, en montrant des immeubles détruits, des carcasses de véhicules, un grand cratère et des taches de sang.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a indiqué que l'attentat s'était produit dans une rue abritant un siège des renseignements militaires et aériens et un hôpital militaire.

Poursuite des violences

Le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, a estimé que le régime cherchait à "se venger" après avoir échoué à empêcher les Syriens de manifester vendredi par dizaines de milliers.

Plusieurs attentats meurtriers ont secoué Damas et Alep depuis le début de la contestation en mars 2011. La plupart ont été revendiqués par des groupuscules obscurs, comme le Front al-Nosra.

Ailleurs en Syrie, la violence a fait 10 morts, selon l'OSDH. Sept civils, dont deux enfants, et deux déserteurs ont été tués par les forces gouvernementales à travers le pays, tandis que des hommes armés ont assassiné le frère d'un responsable du parti Baas dans la région de Deir Ezzor.

Manifestation à Genève

Les violences se poursuivent en dépit de la présence de près de 260 observateurs de l'ONU chargés de surveiller une trêve proclamée le 12 avril, en vertu d'un plan de sortie de crise de l'émissaire international Kofi Annan. En 14 mois, plus de 12'000 personnes ont été tuées en Syrie, en majorité des civils, selon l'OSDH.

Plus de 300 personnes ont manifesté samedi après-midi devant le Palais des Nations à Genève pour exprimer leur soutien à la révolution en Syrie. Une pétition a été remise à l'ONU pour dénoncer le régime de Bachar al-Assad et demander la liberté du peuple syrien.

ATS