Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Damas a annoncé la création d'une commission d'enquête sur la mort d'un reporter français, premier journaliste occidental tué en Syrie depuis dix mois. Dans le même temps, de plus de plus de mouvements et de personnalités se disent déçus par les observateurs arabes.

La communauté internationale, en premier lieu le président français Nicolas Sarkozy, avait réclamé l'ouverture d'une enquête sur ce décès, et appelé le régime à assurer la protection des journalistes sur son territoire.

Le gouverneur de Homs, Ghassane Abdel Al, a ordonné la création d'une commission d'enquête sur les circonstances de l'"attaque terroriste" qui a coûté la vie au journaliste français Gilles Jaquier et à huit Syriens, selon l'agence officielle Sana.

La télévision officielle syrienne a accusé "un groupe terroriste" d'avoir "tiré des obus sur des journalistes étrangers", alors que l'opposition a accusé le régime de Bachar al-Assad, confronté depuis le 15 mars à une contestation populaire qu'il réprime dans le sang.

ATS