Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les combats ont repris de plus belle lundi en Syrie avec de nouvelles tentatives de l'armée de déloger les rebelles de leurs bastions. Face à cette flambée de violence, le numéro 2 de la Ligue arabe juge minimes les chances de parvenir à un cessez-le-feu cette semaine.

Après un entretien dimanche à Damas avec le président Bachar al-Assad, l'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe Lakhdar Brahimi a appelé les belligérants à cesser "unilatéralement" le feu "à partir d'aujourd'hui ou de demain" pour la fête musulmane d'Al-Adha célébrée du 26 au 29 octobre. Il a souligné qu'il s'agissait d'une "initiative personnelle", et non d'un plan détaillé de paix.

S'exprimant à ce sujet lundi, le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe Ahmad ben Hilli a estimé que "malheureusement, l'espoir d'instaurer une trêve en Syrie pour la fête est faible jusqu'à présent". "Les signes sur le terrain et la réaction du gouvernement syrien (...) ne témoignent pas d'une volonté réelle de répondre positivement à cette initiative", a-t-il affirmé.

Villes bombardées

En écho à ces propos, les troupes du régime syrien, appuyées par des chars, tentaient le même jour de reprendre plusieurs localités aux mains des rebelles sur les fronts d'Idleb, d'Alep (nord), de la province de Damas, de Deraa (sud) et d'Homs (centre), a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Le régime syrien a, à maintes reprises, souligné sa détermination à en finir coûte que coûte avec les rebelles assimilés à des "terroristes". Il accuse le Qatar, l'Arabie saoudite et la Turquie de leur apporter un soutien militaire.

Devant M. Brahimi, M. Assad a répété que toute initiative politique devait se fonder sur "l'arrêt du terrorisme (..) avec l'engagement de certains pays impliqués, de cesser d'héberger, de soutenir et d'armer les terroristes en Syrie". L'opposition a de son côté assuré qu'elle accepterait de cesser le feu, à condition que le régime arrête le premier.

Les archevêques "se préparent"

Le représentant spécial du président russe Vladimir Poutine, Mikhaïl Bogdanov, se trouvait lundi en Iran pour discuter de la Syrie. Téhéran, Moscou et Pékin soutiennent le régime Assad et refusent toute ingérence étrangère dans ce pays. Selon le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, M. Brahimi devrait se rendre en Russie "dans une semaine" pour des consultations.

De son côté, le Vatican a annoncé qu'une visite d'archevêques pour exprimer la solidarité de l'Eglise à la population en Syrie est "en préparation et à l'étude", en vue de permettre sa tenue "dès que possible". Il a précisé qu'il convenait "de tenir compte des événements des derniers jours", en référence à l'attentat de dimanche dans un quartier chrétien de Damas et l'extension de la violence au Liban.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS