Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

De violents combats entre soldats syriens et insurgés ont secoué dimanche plusieurs secteurs de la capitale syrienne Damas. Les violences ont fait au moins 39 morts à travers le pays, dont 34 dans des bombardements des troupes syriennes de Sourane, selon des opposants.

Une explosion, attribuée par des soldats syriens à la chute d'une roquette RPG, s'est par ailleurs produite à une dizaine de mètres du chef de observateurs de l'ONU, Robert Mood, qui visitait la ville de Douma près de Damas. L'incident n'a toutefois fait aucun blessé, a rapporté une journaliste de l'AFP sur place.

Les quelque 260 observateurs militaires non armés de l'ONU sont chargés de surveiller la trêve instaurée le 12 avril en Syrie mais quotidiennement violée depuis.

Assassinats démentis

Ces combats sont survenus au lendemain d'un attentat suicide à la voiture piégée qui a frappé pour la première fois la ville de Deir Ezzor, faisant neuf morts et une centaine de blessés.

Ajoutant à la confusion, de hauts responsables syriens ont démenti dimanche à la télévision d'Etat des informations faisant état de leur assassinat. Les chaînes satellitaires arabes Al-Jazira et Al-Arabiya avaient peu avant diffusé la vidéo d'un homme revendiquant le meurtre de six responsables de haut rang.

Dans le Liban voisin, des combats confessionnels entre sunnites opposés au président syrien Bachar al-Assad et alaouites pro-Assad ont fait dix morts durant la semaine écoulée.

ATS