Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des milliers de personnes ont manifesté vendredi en Syrie, après des violences ayant fait plus de 180 morts. Une issue à la situation dramatique du pays sera discutée samedi à Genève lors d'une réunion entre ministres des affaires étrangères, mais les délégations peinent à s'accorder sur un projet de transition.

Le ministère russe des affaires étrangères a affirmé vendredi considérer la réunion du Groupe d'action pour la Syrie, prévue le lendemain à Genève, comme un "pas positif" en vue d'un "consensus international", alors que cette rencontre semblait menacée par les objections de Moscou au plan de l'émissaire international Kofi Annan.

Les chefs de la diplomatie des membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et de trois Etats arabes, ainsi que des secrétaires généraux de l'ONU et de la Ligue arabe doivent y prendre part. Mais la Russie, principal allié du régime Assad, a prévenu qu'il n'y avait pas d'accord final sur le plan Annan et maintenu son refus de toute solution imposée par l'étranger.

Réunion décisive

Pour tenter de sauver la rencontre, Kofi Annan a convoqué vendredi au Palais des Nations à Genève une réunion préparatoire de hauts fonctionnaires des cinq principales puissances et s'est entretenu avec leurs ministres des Affaires étrangères.

Aux dires des diplomates, ces discussions se sont heurtées à des difficultés sur les étapes de transition recommandées par M. Annan et il n'y a pas de consensus sur le document final.

Le résultat de la conférence dépend désormais selon eux des entretiens entre les chefs de la diplomatie américaine et russe, Hillary Clinton et Sergueï Lavrov, qui devaient avoir lieu en soirée à Saint-Pétersbourg.

Gouvernement d'union nationale

Dans le document de travail, M. Annan préconise des étapes "claires et irréversibles" vers une transition démocratique en Syrie, dont un "gouvernement provisoire d'union nationale".

Selon des diplomates, cette clause pourrait impliquer un départ du pouvoir du président Assad, que l'opposition syrienne considère comme une condition préalable à tout dialogue.

ATS