Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

New York - L'Iran a renoncé à réclamer un siège au Conseil des droits de l'homme des Nations unies. Téhéran fait face à des critiques de plus en plus vives contre ce qu'une ONG a appelé vendredi "l'écoeurant dossier (iranien) sur les droits de l'homme".
Selon des diplomates en poste à l'ONU, l'Iran a informé d'autres délégations d'Asie qu'il retirait sa candidature à un siège au sein du Conseil établi à Genève, qui surveille la situation en tous pays sur le plan des droits de l'homme.
Un diplomate occidental a déclaré que Téhéran s'était désisté quand il est apparu qu'il n'obtiendrait peut-être pas assez de voix pour s'assurer un siège lors des élections prévues le 13 mai. L'Iran a informé les pays du groupe "Asie" qu'il cessait de briguer un siège "au nom de la solidarité avec le reste du groupe", a précisé ce diplomate.
Peggy Hicks, responsable de l'ONG Human Rights Watch, a déclaré pour sa part qu'une "opposition mondiale grandissante les avait forcés à se mettre hors course". Elle s'est réjouie de ce retrait en y voyant une condamnation évidente de "l'écoeurant dossier" de l'Iran dans le domaine des droits de l'homme.
En décembre 2009, l'Assemblée générale de l'ONU avait condamné la violente répression des manifestations qui avaient fait suite à un scrutin présidentiel que l'opposition iranienne avait déclaré frauduleux.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS