Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les enchères pour l'ensemble des fréquences de téléphonie mobile rapportent près d'un milliard de francs à la Confédération. Sans surprise, les trois poids lourds du marché Swisscom, Sunrise et Orange se partagent le gâteau.

Sunrise, numéro deux du secteur en Suisse, est l'opérateur à avoir le plus déboursé, avec un montant de près de 482 millions de francs. Derrière, le leader du marché Swisscom a dépensé quelque 360 millions, tandis qu'Orange a versé 155 millions, ont indiqué jeudi l'Office fédéral de la communication (OFCOM) et la Commission fédérale de la communication (ComCom).

Au total, la Confédération encaisse 996,3 millions de francs, une somme "légèrement supérieure" aux estimations, a relevé le président de la ComCom, Marc Furrer, au terme d'une adjudication qui s'est entièrement déroulée sur Internet. La procédure a duré 13 jours ouvrables et s'est s'achevée mercredi.

En 2000, lors des précédentes enchères pour les licences UMTS (téléphonie mobile de 3e génération), Berne n'avait touché que 205 millions de francs. Mais seule une partie des fréquences avait été mise en vente, a rappelé le président de la ComCom. En outre, les conditions étaient différentes, l'objectif premier étant alors d'ouvrir le marché.

Fin pour In&Phone

L'opération sonne le glas pour le petit outsider In&Phone, qui était également sur les rangs. La ComCom, qui avait ouvert l'adjudication à toutes les parties intéressées, a finalement écarté de l'appel d'offres la société veveysanne.

In&Phone, qui s'adresse aux entreprises, ne satisfaisait pas aux conditions d'admission, a estimé la ComCom. L'opérateur était en particulier confrontée à des problèmes de garantie bancaire, (correspondant à 50% du prix de la mise minimale des fréquences convoitées), a expliqué Marc Furrer.

Aucun nouvel opérateur ne fait son entrée sur ce marché déjà bien verrouillé. La ComCom ne s'attendait cependant pas à un autre résultat, étant donné les investissements conséquents que représentent les nouvelles technologies.

ATS